Présentation

Les individus bizarres qui peuplent cette compagnie se sont rencontrés sous l'aile bienveillante de Bernard Martin, alors professeur au département théâtre de l'université Paris 8, fondateur d'AfAg Théâtre, et porteur d'un concept dramaturgique fort : faisons-le mais l'air de rien.
Là-dessus, ils montent l'Epidémie, d'après Octave Mirbeau, adaptée et mise en scène par leur mentor. La pièce relate un conseil municipal aux prises avec une affaire de viandes contaminées, et ils tentent de la jouer dans les salles même des conseils municipaux. Par un phénomène inexplicable, les municipalités, en pleine crise de la vache folle, se montrent frileuses.
Ils rebondissent avec leur première création originale : Le Monde n'est pas un Magasin de Pièces Détachées, de Grégory Bron, toujours mis en scène par Bernard Martin, ou l'histoire passionnante de deux types qui font rien, et qui finissent par être un peu gênés avec tous ces gens qui les regardent.
On ne sait pas trop pourquoi mais ça leur ouvre quelques portes qu'ils enfoncent gaillardement, capes au dos, épées au poing, avec La botte Secrète de Dom Juan et L'Histoire des Trois Mousquetaires racontée à deux et en une demi-heure, le premier en salle, le second en rue et dans de prestigieux monuments, le Panthéon, le château de Vincennes.
Après de brillants et épuisants festivals Avignon Off 2008, 2009 et 2011 et Aurillac Off 2008 et 2009, ils sont toujours contents d'être là, la mise en scène est devenue collective, l'écriture toujours originale. Compagnie... Marche !

L'équipe

Jean-Baptiste Guintrand

l'éminence grise

Malgré son immense intelligence, il est aussi comédien… Ses aspirations sont souvent déçues, il rêve de jouer Maldoror, on le compare à De Funès. Son sens douteux de la diplomatie fait qu'il a souvent le rôle du méchant. Sinon il fait des choses bizares que vous pouvez découvrir ICI

Francis Vadé-Thierry

l'indispensable

L'incarnation de Dieu sur la scène : quand il n'est pas là, on ne parle que de lui, quand il débarque, tout le monde se marre. Sa physionomie de premier de la classe en tout sauf en sport et ses petits yeux malicieux ne doivent pas faire oublier que Francis a toujours à l'esprit le grand objectif de son existence : éteindre la lumière des toilettes quand quelqu'un vient d'y entrer. Mais bon, Dieu est mort.

Grégory Bron

l'auteur mégalomane

La confiance absolue. Conscient que personne ne lui donnera de rôle, il s'écrit lui-même ses pièces dans lesquelles il promène sa barbe gigantesque avec orgueil et nonchalance. La finesse de son jeu et les délicates nuances qu'il y apporte lui ont rapidement valu le surnom de monolithe monochrome.

Benjamin Dubayle

le jeune premier

Parfait. Beau, élégant, spirituel, sympathique et serviable, acrobate, musicien, magichi. machizin. prestidigitateur, agréable compagnon et travailleur acharné. Il n'a qu'un seul défaut, il a choisi une compagnie dans laquelle on n'a jamais besoin de jeune premier. Si ! Si ! ça y est ! Enfin ! Il a un rôle de jeune premier ! Vous me direz que pour lui, ça arrive un peu tard, mais ne vous inquiétez pas, arriver un peu tard, c'est ce qu'il fait de mieux.

Vincent Dubos

le comédien multicartes

Un caractère d'ange et une activité débordante : pendant qu'il installe les projecteurs d'une main, il bricole le décor d'une deuxième, et il rafistole les costumes de l'autre. Le tout sur 3 spectacles en même temps et dans 3 villes différentes. On est presque gênés de lui faire remarquer qu'il aurait dû apprendre son texte.

Virginie Rodriguez

Que dire de Virginie ?

Chacun la perçoit à sa façon : pour les uns, c'est un lutin qui bouge partout, c'est un rouleau compresseur de bonne humeur pour les autres, certains disent que c'est le sourire et la voix du soleil, d'autres que c'’est une …bref, chacun la voit comme il veut. Elle, elle aime tout le monde, surtout quand c'est triste, elle recueille les oiseaux blessés, les petits chats orphelins, les hamsters bientôt morts, les enfants déjà morts, on sait plus où les foutre, alors si quelqu'un voulait bien la recueillir…

Serge Balu

l'infiltré

Après 13 ans avec la Cie Jolie Môme, il décide de ne plus brandir de drapeaux mais de biaiser pour convaincre. Il s'infiltre d'abord dans le monde du rock, comme, chanteur et « guitarerro », délivrant des messages subtils tel que « bouffe un riche » ou « caméra, on t'explosera ». Puis dans le théâtre de bon goût et de capes et d'épées avec AFAG. Mais conscient que c'est dès le plus jeune âge qu'il faut changer les mentalités, il s'infiltre jusque dans les crèches où son interprétation de Momo le Corbeau fait frémir le bourgeois et amorce le déclin du capitalisme.

Elodie Bernardeau

La star internationale

Une des muses de l'auteur. Toujours entre deux avions, vedette de la chanson et du cinéma au Venezuela, hôtesse en tête de rayon dans les supermarchés en France, elle sait tout faire, dans toutes les langues, chanter, danser, planter une bande de potes, le cinéma, le théâtre, planter une bande de potes, les échasses, l'escrime, planter une bande de potes, tout, quoi...Là, comme la pièce commence à bien marcher et qu'elle n’a rien de mieux à faire, elle daigne rejoindre la troupe qui l'attend depuis quatre ans, parce que c'est Avignon et qu'elle pourra essayer sa nouvelle paire de lunettes de soleil.

Emmanuel Monnier

comédien

on attend le texte de l'auteur

Marie-Jeanne Assayag

régisseuse

on attend le texte de l'auteur

Aurora de Fitte de Garries

Chargée de production

On attend le texte de l'auteur

Julien hannebique

créateur de combat

On attend le texte de l'auteur

Jennifer Lebrun

costumière

On attend le texte de l'auteur

Ils ont joué avec nous...

Claudia Fleissig

la roumaine bouillonnante.

la roumaine bouillonnante. Son sang latin mêlé à sa vie de titi parisienne lui a trempé un caractère de feu. Intransigeante, intenable, insupportable, irrespirable, mais sur scène, quelle énergie ! En dessous d'un certain taux d'alcoolémie et passé une certaine heure de la journée, la belle roumaine peut même se montrer charmante avec les comédiens qu'elle n'a pas encore fait virer.

Charlotte Rondelez

la gravité.

D'abord, son vrai nom, c'est Anne-Charlotte ; en plus, toute petite, elle lisait Keynes et écrivait, à ses heures perdues, un mémoire sur la pénalisation des comportements sexuels; dans la troupe, quand elle parle, tout le monde se tait parce que ça veut dire qu'il y a des choses qu'on va pas comprendre; sur scène, c'est pareil, le public retient son souffle quand elle assène ses envolées poignantes ; et encore en plus, souvent, sur scène, elle tombe. Elle glisse, elle trébuche, elle s'assoit à côté de son siège, elle tombe, quoi. La gravité, on vous dit, toujours la gravité.

Philippe Ivancic

La tête d'affiche

(il paraît que c'est important au théâtre), il fait un carton dans le rôle de Lenny dans Des Souris et Des Hommes, et depuis, c'est une tête d'affiche ! il apprend pas son texte, il veut être dirigé comme-ci, il veut pas faire comme-ça.une tête d'affiche, quoi.et comme souvent , les affiches, c'est de l'art, nous, on l'appelle la tête de l'art.

Simon-Pierre Boireau

la décontraction au service de lui.

On n’a jamais un vu un type aussi décontracté sur une scène de théâtre. Il ferait passer l’auteur mégalomane pour quelqu’un de mal à l’aise, modeste et complexé. A son audition pour entrer dans la troupe, il a expliqué que certains comédiens n’étaient pas très sérieux mais que ça allait changer, que les directions qu’on lui donnait, c’était bien gentil, mais qu’il savait ce qu’il avait à faire et d’ailleurs, si on voulait, il pouvait refaire la mise en scène. Heureusement qu’on l’a auditionné pour un rôle secondaire…

Sylvie Gravagna

Cie un pas de coté

On attend le texte de l'auteur

Nicolas Lambert

Cie un pas de coté

On attend le texte de l'auteur

Sandrine Moutier

la petite amie de Francis Vadé-Thierry

Eh oui, il y a du piston même dans les compagnies les plus intègres. Une voix profonde et suave, et des costumes toujours impeccablement repassés.